Ce séance a réuni deux interventions autour des enjeux liés à la pratique de la recherche depuis les marges:

« Penser la poésie postcoloniale, contemporaine et féministe à l’épreuve de l’universalisme littéraire » par Liza Hammar

« Cheminer en féministe racisée aux marges de l’ESR français : enjeux et perspectives », par Rose Ndengue

Résumé de mon intervention:

Il s’agit de faire un bref bilan de la dernière décennie de mon parcours dans l’Enseignement supérieur français. Depuis la production en 2009 d’un mémoire sur le « Féminisme indigène » dénonçant l’articulation du racisme et sexisme en France, à celle d’un article sur les féminismes des marges dans l’académie en 2019. A travers un récit bref et problématisé de ma trajectoire académique et engagée en tant que féministe africaine, migrante, noire, depuis les marges de l’université française, j’éclaire les enjeux liés à ma position particulière. 3 axes de réflexion se dégagent alors :

  • – Mettre en perspective mes propriétés sociales avec celles qui structurent le public académique majoritaire dans l’enseignement supérieur français
  • – Produire un mémoire sur l’articulation du racisme et du sexisme en France en 2009 : un tournant traumatique
  • – Sortir de l’objectivation académique et politique et assumer une posture intellectuelle et personnelle engagée

Retrouvez l’intégralité de la séance du Webinaire du Groupe de réflexion autour des savoirs situés (GRASS) :